L’intelligence est elle Artificielle pour la santé ?

L'intelligence est elle Artificielle pour la santé ?
L’intelligence est elle Artificielle pour la santé ?

C’est dans l’imagerie médicale que les applications sont les plus performantes. Le médecin se trouve renforcé dans ses analyses grâce notamment à la puissance de calculs de la machine qui compare les clichés, permettant de faire ressortir certains points significatifs et permettant d’éviter de passer à coté de quelque chose.

L’homme garde la maîtrise du diagnostique, tout en étant conforté dans un raisonnement qui progresse en sécurité. Alors que l’on cherche à multiplier les examen permettant de dépister au plus tôt les problèmes de santé, cela peut renforcer l’efficacité des réponses face à la maladie.

D’après Guy Vallencien, membre de l’Académie nationale de médecine, lors des récents débats de l’Ordre National des Médecins sur ce thème. « On va chercher des éléments, on en élimine d’autres, on accumule et peu à peu on revient à deux ou trois hypothèses pour espérer arriver à la bonne. Cela ne m’inquiète pas que la machine le fasse pour moi parce qu’elle trouvera sans doute des hypothèses auxquelles je ne pense pas parce qu’il y a des cas extrêmement rares ».

La machine pourrait-elle supplanter le cerveau humain, dans ce domaine?

« Je crois que l’outil sera très utile, il a bien sûr ses limites et je ne vois pas un malade accepter comme cela que la machine lui dicte le diagnostic, voire la thérapie », précisait-il.

Le conseil de l’Ordre, dans ses réflexions et recommandations insiste d’ailleurs sur ce point fondamental. Il précise que l’intervention humaine n’est pas limitée par la rationalité des mathématiques et que le médecin garde la possibilité d’aller outre le raisonnement pour adapter le traitement en fonction du contexte de vie de son patient.

Aujourd’hui l’IA intervient déjà pour accompagner des procédures lourdes, tel que l’imagerie médicale ou la chirurgie assistée, il n’est pas à exclure que demain elle devienne un standard pour la télémédecine, apportant ainsi un renfort important pour l’analyse.

Au regard, des investissements conséquent réalisés par de nombreuses startup, notamment Françaises, dans le domaine,  nul doute que les progrès et les évolutions des champs d’applications soient extrêmement diversifiées et concernent l’ensemble des domaines de la santé.

Verso Healthcare, avec ses partenaires experts accompagnent les professionnels de santé dans les projets liés à l’intégration de l’intelligence artificielle.

#VersoHealthcare #IA #IntelligenceArtificielle #santé #AI  #ArtificialIntelligence

 

 

SuperSonic Imagine : annonce un chiffre d’affaires de 16,6 M€ au 30 septembre, en croissance de +3% à devises constantes

– Très forte croissance du T3 en Chine, premier marché du Groupe : +32
– Franchissement au T3 du million d’Euros en Services : +31%
– 1ères ventes du nouvel Aixplorer MACH 30, mais un chiffre d’affaires T3 (5,37 M€, -17%) impacté par sa commercialisation tardive
– Forte dynamique anticipée au T4 soutenue par les ventes de l’Aixplorer MACH 30

 

Regulatory News: SuperSonic Imagine (Paris:SSI) (Euronext : SSI, FR0010526814, éligible PEA-PME), société spécialisée dans l’imagerie médicale par ultrasons (échographie), annonce aujourd’hui son chiffre d’affaires pour les 9 premiers mois de l’exercice et du 3ème trimestre de la période close le 30 septembre 2018.

SuperSonic Imagine tiendra une conférence téléphonique ce jour à 18h30.
Pour y participer, veuillez composer le 01 70 71 01 59 suivi du code PIN participant 236 420 13#.

Michèle Lesieur, Directrice Générale de SuperSonic Imagine, déclare : « L’activité décevante de notre trimestre est en grande partie due au retard de livraison de notre nouveau produit (les causes étant désormais réglées), et je souhaite souligner les éléments positifs de ce 3ème trimestre car structurants pour notre croissance à venir : la Chine poursuit sa croissance soutenue, les Etats-Unis sont stables malgré l’effet de transition entre nos gammes de produits, l’activité Services a pour la 1ère fois dans l’histoire de Supersonic Imagine dépassé le million d’Euros sur un trimestre. Nous avons officiellement lancé l’Aixplorer MACH 30 lors des JFR 2018 qui se sont déroulées du 12 au 15 Octobre après avoir livré les premiers exemplaires fin septembre. L’accueil de ce nouveau produit, de son ergonomie et de ses performances cliniques est excellent. Ceci me rend extrêmement confiante pour notre 4ème trimestre de l’exercice 2018 dont la croissance sera également soutenue par le rattrapage de ventes non réalisées au cours du 3ème trimestre et décalées sur la fin d’année. ».

En millions d’euros 2018 2017 Variation (%)
Produits 4,213 3,908 +8%
% du CA total 84% 86%
Services 0,817 0,619 +32%
% du CA total 16% 14%
Chiffre d’affaires 1er trimestre 5,030 4,527 +11%
Produits 5,274 5,122 +3%
% du CA total 86% 89%
Services 0,877 0,642 +36%
% du CA total 14% 11%
Chiffre d’affaires 2e trimestre 6,150 5,764 +7%
Produits 4,375 5,680 -23%
% du CA total 81% 88%
Services 1 ,003 0,766 +31%
% du CA total 19% 12%
Chiffre d’affaires 3e trimestre 5,378 6,446 -17%
Produits 13,862 14,709 -6%
% du CA total 84% 88%
Services 2,696 2,027 +33%
% du CA total 16% 12%
Chiffre d’affaires 9 mois 16,558 16,737 -1%
Autres revenus (*) 0,032
Revenus totaux 9 mois 16,590 16,737 -1%

Chiffres non audités. Note (*) : ces revenus sont non récurrents par nature et ne rentrent pas dans le cadre de l’activité courante.

Chiffre d’affaires du troisième trimestre 2018

La Société réalise au cours de ce troisième trimestre 2018 un chiffre d’affaires de 5 378 K€, à comparer à 6 446 K€ au troisième trimestre 2017.

Les ventes de Produits, après huit trimestres consécutifs de croissance, sont en recul et s’établissent à 4 375 K€ (vs. 5 680 K€). Cette baisse conjoncturelle s’explique par le retard annoncé lors de la publication des résultats du 1er semestre de la mise sur le marché de la nouvelle plateforme. Ce retard est principalement dû à la pénurie mondiale des composants passifs impactant la fabrication de l’Aixplorer MACH 30. Les plans d’approvisionnement sont désormais sécurisés pour permettre de retrouver une croissance forte dès le 4ème trimestre. Les 1ères ventes d’Aixplorer MACH 30 ont d’ailleurs été réalisées la dernière semaine de septembre.

Plus spécifiquement sur les marchés cibles, la Chine continue sa forte progression à 2 719 K€ vs. 2 066 K€ en T3 2017 (+32%). Ce marché n’a pas été impacté par le retard de livraison de la nouvelle plateforme, car Aixplorer MACH 30 ne sera pas commercialisé en Chine avant mi-2020 compte-tenu des délais d’obtention de certification réglementaire propre à ce marché. En revanche, la France a été lourdement pénalisée par le décalage de livraison du nouveau produit et affiche des ventes en net recul à 393 K€ vs. 1 279 K€ an T3 2017. Les États-Unis ont compensé l’impact négatif du retard et sont stables à 714 K€ vs. 704 K€ au T3 2017.

Les ventes de Services dépassent pour la première fois le million d’Euros sur un trimestre et poursuivent leur forte progression à +31% à 1 003 K€ vs. 766 K€ au T3 2017, une tendance pérenne reflétant l’accroissement de notre base installée.

Chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de l’année 2018

Au total sur les neuf premiers mois de l’année 2018, SuperSonic Imagine affiche des revenus stables à 16 558 K€ (vs. 16 737 K€). A devises constantes, les revenus progressent de +3%.

Les ventes de Produits se sont élevées à 13 862 K€ vs. 14 709 K€.

Les ventes de Services progressent de +36% à devises constantes, à 2 696 K€, cette dynamique est soutenue par l’augmentation constante de la base installée.

Au total, les 3 principaux marchés enregistrent un chiffre d’affaires de 11 132 K€ en croissance de +9%, portée par la forte croissance enregistrée en Chine (+43%), aux Etats-Unis (+16%) et ce, malgré un recul de -46% en France. Sur l’ensemble des régions, les zones Asie et Amériques progressent respectivement de +27% et +11% tandis que la zone EMEA hors France est stable.

Aixplorer MACH 30, notre nouvelle plateforme innovante, est désormais disponible sur le marché, ce qui devrait assurer une forte croissance pour le 4ème trimestre de l’année qui est historiquement le plus important de l’exercice.

À propos de SuperSonic Imagine: SuperSonic Imagine est une société de technologie médicale (Medtech) spécialisée dans l’imagerie échographique. La société conçoit, fabrique et commercialise une plateforme échographique dont la technologie exclusive ultrarapide (UltraFast™) a donné naissance à de nouveaux modes d’imagerie, aujourd’hui devenus des standards dans le parcours de soins non-invasifs pour la caractérisation des maladies du sein, du foie ou de la prostate. Le premier mode innovant UltraFast™ est l’élastographie ShearWave® (SWE™), qui permet aux médecins de visualiser et d’analyser instantanément la dureté des tissus, information capitale pour le diagnostic de nombreuses pathologies. À ce jour, plus de 600 publications valident les bénéfices de ses technologies. Le dernier né de la gamme Aixplorer®, Aixplorer MACH® 30 introduit une nouvelle génération d’imagerie UltraFast™ permettant l’optimisation de l’ensemble des modes d’imagerie innovants : ShearWave PLUS, Doppler UltraFast, Angio PL.U.S, TriVu …Avec plus de 2 000 échographes installés dans le monde, SuperSonic Imagine est présente dans plus de 80 pays et ses principaux marchés sont la Chine, les États-Unis et la France. La société a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 24.7 M€ soit une croissance annuelle de 11%. SuperSonic Imagine est une société cotée sur Euronext (symbole : SSI). Pour plus d’informations, rendez-vous www.supersonicimagine.com.

Pour plus d’information, rendez-vous sur www.supersonicimagine.fr.

Source : SuperSonic Imagine : annonce un chiffre d’affaires de 16,6 M€ au 30 septembre, en croissance de +3% à devises constantes

Verso Healthcare accompagne les professionnels de la santé dans le financement des équipements médicaux et l’optimisation de la gestion du plateau technique.

Nvidia veut révolutionner l’imagerie médicale grâce à l’intelligence artificielle… sans remplacer l’humain

Nvidia poursuit ses efforts dans l’imagerie médicale avec l’annonce d’un premier partenariat pour l’utilisation clinique de sa plate-forme Clara. C’est le King’s College London qui s’est laissé tenter, alléché par la promesse de diagnostics plus rapides et précis. Mais si Nvidia prône les bienfaits de l’intelligence artificielle, sa vice-présidente en charge de la santé est catégorique : ces outils sont là pour aider les praticiens, pas les remplacer.

Nvidia veut révolutionner l’imagerie médicale grâce à l’intelligence artificielle… sans remplacer l’humain.

Nvidia présente un GPU capable de faire du ray tracing en temps réel.

Lors de sa conférence GTC Europe 2018, qui s’est déroulée du 9 au 11 octobre à Munich, Nvidia a annoncé un premier partenariat clinique pour sa plate-forme Clara, avec le King’s College London (KCL). Clara est une déclinaison des technologies d’intelligence artificielle de Nvidia dédiée à l’imagerie médicale.

Fédérer l’apprentissage des modèles sans partager de données sensibles

Le partenariat va porter sur l’utilisation d’un serveur Nvidia DGX 2 afin d’améliorer la qualité d’images 3D complexes provenant de scanners et d’IRM. Trois grands hôpitaux londoniens vont participer : King’s College Hospital, Guy’s and St Tomas’, et South London and Maudsley. Cette technologie va permettre d’effectuer des diagnostics plus rapidement et avec plus de précision que par le passé, d’après le professeur Sébastien Ourselin, qui dirige l’Ecole d’ingénierie biomédicale et des sciences de l’imagerie de King’s College London.

La collaboration portera dans un premier temps sur le développement d’algorithmes pour entraîner des réseaux de neurones volumétriques à grande échelle, ainsi que sur une infrastructure d’apprentissage fédérée pour permettre à plusieurs institutions d’entraîner un modèle commun, mais sans avoir à partager de données sensibles.

Appliquer au médical des technologies développées pour l’automobile et l’entertainment.

Cette offensive sur le secteur médical s’appuie sur des technologies que Nvidia a créées pour d’autres industries. Par exemple, fin septembre, à Tokyo, l’entreprise a lancé un kit de développement logiciel (Clara SDK) et a annoncé la plate-forme Clara AGX, qui utilise la même puce Xavier que les systèmes mis au point par Nvidia pour la voiture autonome.

« Les instruments médicaux utilisent aujourd’hui un CPU et un GPU, plus un FPGA pour traiter les données brutes, explique Kimberly Powell, VP of Healthcare chez Nvidia. Mais Xavier est justement très doué pour traiter les données issues de capteurs, ce qui veut dire que notre architecture peut désormais gérer toute la chaîne, puisqu’elle est programmable. Elle est suffisamment flexible pour pouvoir même se passer d’un CPU. »

La puissance de calcul nécessaire augmentant en fonction des différents instruments, la dirigeante laisse d’ores et déjà entendre que l’architecture Turing, annoncée en août lors du Siggraph 2018, pourra venir en renfort au sein de certaines configurations. « Le ray tracing a un rôle à jouer dans l’imagerie médicale, déclare Kimberly Powell. Siemens est un innovateur dans ce domaine, ils ont créé un système de rendu cinématique pour l’imagerie médicale, et ce type de rendu s’appuie beaucoup sur le ray tracing afin de produire une visualisation très réaliste basée sur la lumière. »

Outre une meilleure représentation 3D de l’anatomie, cela donne aussi de bien meilleures textures. « Les textures contiennent beaucoup d’informations, comme des marqueurs biologiques. Elles pourraient par exemple aider à savoir si un foie est malade ou si une tumeur cérébrale est susceptible de répondre à un traitement plutôt qu’un autre, » explique Kimberly Powell, citant le professeur Elliot K. Fishman, expert mondialement connu en matière de tomodensitométrie.

De nouveaux instruments intégrant Clara dans 2 ans

Nvidia a un double objectif : intégrer Clara directement dans les nouveaux équipements, mais aussi augmenter les instruments médicaux existants, pour peu qu’ils soient déjà équipés de GPU… Et c’est le cas de la majorité d’entre eux aujourd’hui. Cela pourra passer par le cloud, mais aussi par l’utilisation d’un système en interne, en l’occurrence un serveur DGX. C’est le choix qu’a fait KCL. « Il faudra encore deux ans avant que ne sortent de nouveaux instruments qui incorporeront Clara, mais entre temps les fabricants développent des modules de mise à jour pour les équipements existants », détaille Kimberly Powell.

Standardiser et automatiser les procédures… sans supprimer l’humain

Un autre aspect clé désormais évoqué par Nvidia est la simplification du workflow des services de radiologie. L’idée est notamment d’effectuer la majeure partie du travail directement dans l’instrument, plutôt que d’avoir à envoyer les résultats sur deux stations de travail à la suite avant de pouvoir enfin visualiser les données. Mais cela va plus beaucoup loin dans la simplification des tâches.

« J’étais chez Siemens cette semaine, révèle Kimberly Powell. Ils ont une caméra qui permet de savoir si le patient est bien aligné dans l’instrument d’IRM, plutôt que de le faire mesurer par un technicien. C’est un exemple de ce qu’il est possible de faire. Il ne s’agit pas de remplacer les équipes mais d’augmenter leur travail pour standardiser et automatiser les procédures, même avant l’acquisition de l’image. Lors de l’acquisition elle-même, il est aussi possible de faire un scan rapide pour détecter la zone exacte sur laquelle se concentrer et n’envoyer des radiations que sur cette zone précise. Ensuite, peut-être qu’on pourrait optimiser le triage pour diriger plus rapidement les cas les urgents dans les services appropriés. »

La dirigeante tient à se démarquer très fermement des discours sur la fin du métier de radiologue et l’automatisation totale de l’imagerie médicale qu’on a pu entendre il y a quelques années. « Notre rôle est d’apporter de la puissance de calcul et des outils pour aider à améliorer les traitements. Ensuite ce sont nos partenaires, comme Siemens ou AEG, qui vont travailler avec les médecins sur l’implémentation de ces technologies, comme ils le font déjà depuis des décennies. Nous n’avons pas de projets pour créer d’algorithmes approuvés par la FDA ni quoi que ce soit de ce genre. »

La prochaine échéance pour Clara sera la conférence RSNA 2018, qui aura lieu du 25 au 30 novembre à Chicago. Nvidia devrait y faire des annonces et organiser des démonstrations pour séduire les radiologues nord-américains.

Julien Bergounhoux.

Source : Nvidia veut révolutionner l’imagerie médicale grâce à l’intelligence artificielle… sans remplacer l’humain

Verso Healthcare accompagne les professionnels de la santé dans le financement des équipements médicaux et l’optimisation de la gestion du plateau technique.