Strasbourg inaugure la première unité de simulation de chirurgie dentaire

A la faculté de chirurgie dentaire de l’université de Strasbourg, une unité de simulation est dédiée à l’apprentissage pratique de la consultation et de la radiologie endobuccale. C’est une première en France, inaugurée le 25 septembre, pour la rentrée universitaire 2018-2019.

Evanouissement, toux, asthme, allergie voire arrêt cardiaque : le mannequin interactif mis à la disposition des étudiants en chirurgie dentaire de la faculté de Strasbourg, pour la rentrée universitaire 2018-2019, est capable de reproduire toutes les situations susceptibles de se présenter en consultation. Objectif : « Former aux gestes et à la prise en charge de situations diverses par la participation à des scénarios répétés et modifiables », explique Corinne Taddéi-Gross, doyenne de la faculté de chirurgie dentaire de Strasbourg et présidente de la Conférence des doyens de chirurgie dentaire.

C’est la première fois en France qu’un tel mannequin, conçu par le fabricant Laerdal, équipe une faculté de chirurgie dentaire. Avec plus de 200 capteurs, il réagit aux faits et gestes de l’étudiant en situation. En régie, l’enseignant peut en prendre le contrôle, modifiant variables et réactions pour alimenter ses travaux pratiques, suivis en direct vidéo, par les autres étudiants. Avant même d’entrer en clinique, ces derniers sont ainsi préparés à gérer des situations de crise et peuvent travailler, in situ, leur rapport avec le patient et l’interrogatoire médical.

Dès la deuxième année

Dans cette unité simulant à l’identique un cabinet dentaire classique, trois « têtes fantômes », réalisées par Dentsply-Rinn, sont dédiées à l’enseignement de la radiologie endobuccale. « L es étudiants n’avaient pas de formation pratique avant la 4e année », rappelle Corinne Taddéi-Gross. Dès la 2e année, ils peuvent désormais se faire la main sur ces trois mannequins têtes, qui reproduisent les tissus mous, les dents et les os d’un patient. Cet outil simule parfaitement ses caractéristiques radiologiques et permet, notamment, de répéter la prise de clichés sans l’exposer à des radiations.

Dotée d’un budget de 286.000 euros, cette unité de simulation, qui a mis deux ans à se concrétiser, bénéficie d’un financement IdEx (150.000 euros) et de la participation de Gold Conseil, NSK et Philips.

Source : Strasbourg inaugure la première unité de simulation de chirurgie dentaire

Verso Healthcare accompagne les professionnels de la santé dans le financement des équipements médicaux et l’optimisation de la gestion du plateau technique.

Interview: « L’impression 3D fait de la dentisterie numérique une réalité »

Au cours des dernières années, la technologie d’impression 3-D a progressé à un rythme effréné et ses applications dans l’ingénierie de la santé ont augmenté en conséquence. L’étude de marché de la société Industry ARC prévoit que l’impression 3-D dans la santé globale continuera à croître de 18,3 pour cent par an jusqu’en 2020. Dental Tribune International s’est entretenu avec Stephan Winterlik, directeur des ventes des imprimantes de production dentaires de la société 3D Systems, sur la manière dont cette technologie peut être intégrée dans les cabinets dentaires et pour connaitre son avis sur l’avenir de l’impression 3D.

Stephan Winterlik est le directeur des ventes des imprimantes de production dentaire chez 3D Systems. (Photo : Systèmes 3D)

Quels avantages l’impression 3D offre-t-elle dans le domaine de la dentisterie ?
Actuellement, la majorité des appareils dentaires sont produits manuellement, un processus qui prend beaucoup de temps et qui n’est pas exempt d’erreur. L’impression 3D fait de la dentisterie numérique une réalité. Ainsi, l’impression 3D est de plus en plus utilisée pour les pièces d’utilisation finale. Par exemple, nous pouvons créer et imprimer directement une couronne numérique, un bridge ou des prothèses sans étape supplémentaire – Nous réalisons donc une pièce qui peut immédiatement être utilisée dans la bouche.

La vitesse et la précision qui peuvent être atteintes avec l’impression 3D sont très impressionnantes. Notre objectif est d’imprimer des couronnes en 15 minutes et d’obtenir des résultats immédiatement. C’est un gain de temps en évitant des processus lourds et grâce à la numérisation, l’appareil ou le dispositif est personnalisé et donc susceptible de s’adapter plus facilement dès la première fois, améliorant les résultats et la satisfaction des patients.

Les fournisseurs de soins dentaires commencent à proposer des solutions plus spécifiques et des gammes plus larges pour les laboratoires dentaires, ce qui pourrait mener, par exemple, à une solution « Plug & Play » pour l’impression en métal basée sur un flux de travail certifié qui inclut l’assemblage automatiques, la création du support et des solutions de démontage plus faciles pour les supports métalliques, ainsi que l’utilisation de poudre de cobalt-chrome ( CoCr ) certifiée CE pour les appareils médicaux .

Dans le marché européen, trouvez-vous que les services de CAO / FAO numériques sont plus courants en orthodontie ou dans les laboratoires de service complet ?
Chaque marché, pays et système d’assurance est différent. A mon avis le marché actuel de l’orthodontie pour aligners est plus adapté à la création de solutions au sein du cabinet dentaire. Certainement, les grosses entreprises d’aligneurs ont connu une croissance dans ce domaine, mais nous sommes loin de la saturation, de sorte que l’opportunité de croissance pour ce marché existe encore.

De grands laboratoires complets sont toujours en développement et s’adaptent au marché et la mondialisation et la numérisation sont des tendances clés.

Quelle sont les plus grands marchés nationaux pour l’ impression dentaire 3D en Europe?Certains pays adoptent-ils ces technologies à un rythme plus élevé ?
Nous considérons l’Allemagne, l’Autriche, la France, les Pays-Bas, l’Italie , la Grande- Bretagne et la Scandinavie comme des pionniers et des moteurs de la croissance en Europe. Cependant, d’autres pays suivent de près. Les principaux moteurs de développement de l’impression 3D incluent une économie prospère, une législation adaptée et la proximité entre laboratoire, cabinet dentaire et patient. Ces facteurs aident à déterminer la vitesse à laquelle un marché pourrait adopter des solutions d’impression numérique 3D.

Quels ont été jusqu’à présent les retours des professionnels dentaires qui utilisent latechnologie d’impression de 3D Systems?
Nos clients nous disent que les solutions 3D Systems offrent une vitesse d’impression, une qualité de surface et de précision supérieures ainsi qu’une large gamme de matériaux. Chaque jour, notre objectif est d’améliorer notre offre sur le marché dentaire et de créer des solutions d’impression 3D qui répondent parfaitement aux besoins des laboratoires, des dentistes et des patients. 3D Systems a investi des considérables ressources pour garantir des matériaux idéalement adaptés à l’industrie dentaire. Ainsi, l’année dernière , nous avons acquis NextDent, une entreprise qui développe des matériaux dentaires depuis une quarantaine d’années.

Comment voyez-vous l’avenir du marché européen de l’impression 3-D en dentisterie ?
Nous sommes enthousiastes à l’idée de participer à la croissance de la technologie d’impression 3D dans l’industrie dentaire. Si l’on réfléchit, il y a 7 milliards de personnes dans le monde et chaque personne a environ 32 dents. Cela équivaut à 210 milliards de dispositifs dentaires personnalisés qui pourraient être imprimés en 3D.

Cependant, cela prendra un certain temps pour développer la parfaite chaine logistique homologuée d’une imprimante adaptée au marché. L’impression 3D est encore à ses débuts sur le marché dentaire et au fil du temps, de nouvelles opportunités se présenteront d’elles-mêmes.

Dans un délai de 2 à 7 ans, je prédis que l’impression 3D va devenir composante classique de l’environnement dentaire et débouchera sur un nouveau flux du travail optimisé qui offrira de nouvelles possibilités. A terme, la combinaison de l’impression et du fraisage 3D sera la clé pour réussir l’intégration de cette technologie.

Enfin, pour nous, le sujet n’est pas la technologie en soi, mais ce que la technologie offre à nos clients, à savoir la vitesse, la précision et la personnalisation.

Merci beaucoup pour cette interview.

Source : Interview: « L’impression 3D fait de la dentisterie numérique une réalité »

Verso Dental est une offre de location financière permettant plus de souplesse dans les investissements des dentistes