La médecine du XXIème siècle est digitale et déployée à tous les usages

Cette médecine nouvelle, stimulante tant pour le professionnel de santé que pour l’usager de la santé, apporte indiscutablement des compétences médicales nouvelles et de nouveaux métiers de la santé. Cette médecine du XXIème siècle est porteuse de formidables espoirs de performance pour prévenir et guérir les maladies et améliorer la santé des populations. La Société Française de Télémédecine s’en réjouit.

Toutefois, l’irruption de la santé connectée et de la télémédecine dans notre système de santé bouscule les organisations professionnelles traditionnelles. Le financement dans le droit commun de la Sécurité sociale de quelques millions de téléconsultations et de téléexpertises a démarré le 15 septembre 2018.
N’est-il donc pas urgent de se préoccuper de la formation des professionnels de santé à ces nouvelles pratiques ?

D’aucuns croient que la télémédecine n’est qu’une question d’outil de communication, « tout le monde sait téléphoner ! » , et qu’au pire les divers fournisseurs sauront bien faire les formations à leur usage. La Société Française de Télémédecine pense que la télémédecine est une question d’organisation professionnelle innovante qui nécessite une formation et un accompagnement au changement.

Pourquoi il est urgent de former aux pratiques de télémédecine :

L’exercice médical s’appuie sur les données acquises de la science médicale et le code de déontologie médicale. Il en est de même pour l’exercice médical avec la télémédecine incluant aussi l’usage de l’intelligence artificielle.
Le CNOM a toujours précisé que le même Code de déontologie médicale s’appliquait aux médecins lorsqu’ils pratiquent ou non la télémédecine. Toutefois, le manque de connaissances et de compétences comme le non recours à l’usage vont mettre en difficultés les médecins et les professionnels de santé.
Pris en tenaille entre improvisation et inexpérience face aux demandes des usagers, il n’est pas certain que tous les médecins, qui ont démarré la téléconsultation depuis le 15 septembre 2018, soient conscients des risques et des enjeux !

Quelles réponses possibles

La formation initiale de tous les aspects de la santé numérique doit être développée dans les tous les cursus des professionnels de santé. L’université est en marche en incluant dans les réformes du 2è et 3è cycles la thématique de la télémédecine et de la e-santé. Selon un sondage réalisé en 2017 par la Société Française de de Télémédecine auprès des doyens de Faculté de Médecine, la grande majorité des facultés ne l’a pas encore inclus dans les programmes de formation initiale.

Dans cette période intermédiaire, et sous l’impulsion de la Société Française de Télémédecine, un Diplôme Inter Universitaire de télémédecine a été organisée avec 7 universités françaises (Besançon, Bordeaux, Caen, Lille, Montpellier, Nantes). D’autres DU de santé connectée ont été créé. Ce DIU et ces DU s’adressent à tous les professionnels de santé et continueront à se développer, mais ils toucheront peu les médecins libéraux généralistes ou spécialistes, voire aucuns autres professionnels de santé en exercice.

La loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016 l’a pris en compte en créant l’ANDPC (l’agence nationale du développement professionnel continu). La Société Française de Télémédecine souhaite que l’ANDPC puisse reconnaitre un DPC national de télémédecine proposé aux médecins libéraux comme à tous les professionnels de santé.

C’est la raison pour laquelle certains pays comme l’Australie ou les USA, exigent une certification préalable pour les médecins pratiquant la télémédecine. La France ne s’est pas encore engagée dans cette voie. Il faut rattraper le temps perdu, la formation des professionnels de santé à l’utilisation de la télémédecine est un véritable enjeu, il est devenu urgent de former comme de certifier tous les professionnels à la pratique d’une médecine de qualité au service des usagers !

Source : La médecine du XXIème siècle est digitale et déployée à tous les usages

Verso Healthcare accompagne les professionnels de la santé dans le financement des équipements médicaux et l’optimisation de la gestion du plateau technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *