EOS imaging annonce sa 15ème installation en Australie

EOS imaging annonce sa 15ème installation en Australie

EOS imaging, pionnier de l’imagerie médicale orthopédique 2D/3D, a annoncé aujourd’hui l’installation d’EOS au centre Queensland X-Ray, situé à l’hôpital privé Gold Coast à Southport en Australie. Cette 15ème installation représente la 13ème dans le secteur privé et la 6ème au cours des 12 derniers mois en Australie.

Queensland X-Ray est le plus grand groupe privé d’imagerie dans l’État du Queensland et fait partie de Sonic Healthcare, un réseau international de soins de santé leader en services d’imagerie en Australie. Avec 284 lits et 13 salles d’opération, l’hôpital privé Gold Coast, ouvert en mars 2016, propose une offre complète de soins pour adultes et enfants. Il fait partie, avec le nouvel hôpital HealthScope, l’hôpital universitaire Gold Coast et l’Université Griffith, du nouveau « Health and Knowledge Precinct » de la Gold Coast (District Connaissance et santé), un pôle émergent pour la santé et l’innovation.

« Nous nous engageons à fournir le meilleur service, les meilleurs soins et les meilleurs résultats cliniques à nos patients  » a déclaré le Dr Ryan Shulman du centre Queensland X-Ray.  » Disposer des technologies les plus performantes nous permet d’atteindre cet objectif. Nous sommes heureux de proposer les examens EOS à nos patients, mais aussi à nos médecins référents. Ils en apprécient la très faible dose ainsi que les données plus complètes et précises qui en sont extraites. »

« Nous constatons un intérêt croissant pour la technologie EOS dans nos marchés clés dans le secteur privé », a commenté Marie Meynadier, Directrice Générale d’EOS imaging. « Forte de validations cliniques établies, notre solution devient un standard de soins pour l’imagerie au sein de tous les types d’institutions qui prodiguent ou contribuent aux soins orthopédiques. Nous sommes fiers d’étendre notre présence en Australie et d’y mettre nos solutions faible dose 2D/3D au service des patients et des médecins. »

Source : EOS imaging annonce sa 15ème installation en Australie

Verso accompagne EOS imaging, spécialiste de l’imagerie médicale orthopédique 2D/3D en Australie.

Satisfaits de leurs spécialistes, les Français placent la compétence en priorité absolue

francais et spe
Crédit Photo : PHANIE

85 % des Français se déclarent satisfaits des spécialistes libéraux en ce qui concerne le diagnostic de leurs maladies et 75 % sont contents de leur « suivi » (seuls 3 % se déclarent « pas du tout » satisfaits). Tels sont les enseignements d’une étude Viavoice* réalisée pour l’Union des médecins spécialistes confédérés (UMESPE-CSMF), présentée ce mercredi.

Si les patients expriment leur satisfaction générale, ils trouvent sans suprise que les délais d’attente sont assez longs (46 %) et même « très longs » (46 % également) pour un rendez-vous auprès d’un ophtalmologiste, dermatologue, cardiologue ou pédiatre et que le lieu de ce rendez-vous est éloigné de leur domicile (51 %).

« L’expertise » des spécialistes de second recours est plébiscitée puisque 61 % placent en première priorité le besoin de bonne compétence en cas de maladie sérieuse (avant la bonne accessibilité aux soins à 47 %). Un tiers réclament en priorité du temps médical « pour bien comprendre leur pathologie ». L’accueil dans des conditions agréables n’est cité en priorité que dans 14 % des cas…

L’imaginaire associé aux médecins spécialistes est plutôt flatteur. Les Français estiment à 86 % que les spécialistes libéraux qu’ils connaissent respectent totalement le secret professionnel, qu’ils soignent bien (85 %), que ce sont des personnes de confiance (79 %) et avec lesquelles on se sent bien (72 %). Les indices diminuent toutefois pour le temps d’écoute (63 %) ou l’accompagnement dans la vie.

Soutien à la délégation de tâches 

Interrogés sur la délégation de tâches, 73 % des Français pensent que ce serait plutôt « une bonne chose » si une infirmière leur posait au préalable des questions que les spécialistes « n’auraient pas à poser ensuite ». Un Français sur cinq pense que ce serait au contraire une mauvaise idée. Mais le refus catégorique est rare (4 %).

Pour 73 %, cette délégation spécialiste/infirmière permettrait une bonne prise en compte du patient et une juste répartition des rôles, le médecin se concentrant sur son cœur de métier et la valeur ajoutée médicale. Et 71 % pensent que cela permettrait un bon suivi du traitement.

* Étude réalisée en ligne auprès d’un échantillon de 2000 personnes (méthode des quotas) du 3 au 11 octobre 2017.

Source : Satisfaits de leurs spécialistes, les Français placent la compétence en priorité absolue

Verso accompagne les professionnels de santé, en leurs mettant à disposition des solutions de financement de leurs équipements médicaux.

 

VIDÉO – Une première chirurgicale au CHU de Grenoble pour opérer le bas de la colonne vertébrale