Accès à l’IRM: les délais s’allongent encore en 2017 !

FNMR

Alors que les délais d’accès à l’IRM s’allongent une nouvelle fois en 2017, la FNMR a publié un communiqué pour rappeler les organismes de tutelle à leur devoir de favoriser de l’égalité des chances pour les patients.

La problématique de l’accès des patients aux modalités d’IRM est très présente dans la conscience collective. Nous avons pu le vérifier lors des différentes sessions des JFR 2017 dédiées au « Radiologue et son patient ».

Les délais d’accès à l’IRM s’allongent une nouvelle fois

C’est dans ce contexte que la Fédération Nationale des Médecins Radiologues (FNMR) a émis un communiqué, le 19 octobre 2017, dans lequel elle fustige les promesses gouvernementales d’adapter le parc de modalités IRM au Plan Cancer 2014-2019. Celui-ci avait en effet pour ambition de réduire le délai d’un rendez-vous pour un examen d’IRM à 20 jours maximum alors qu’en 2017 il est toujours à 34 jours, soit 3,5 de plus qu’en 2016. La raison invoquée par la FNMR, mais aussi par l’ensemble des acteurs de l’imagerie médicale en France, est que ce pays comporte seulement 14 installations d’IRM par million d’habitants, contre 20 en moyenne dans le reste de l’Europe.

De nouvelles coupes budgétaires prévues par le PLFSS 2018

La Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM), à qui a été confiée la mission d’arbitrer les rémunérations des actes d’imagerie, en prend aussi pour son grade ! « Année après année, énonce le communiqué de la FNMR, l’Etat a prélevé 900 millions d’euros sur la radiologie libérale. Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) 2018 prévoit encore de nouvelles coupes budgétaires sur l’imagerie médicale. Et la Fédération de remettre en exergue la fermeture de nombreux cabinets d’imagerie ou la réduction des capacités d’investissement des médecins radiologues libéraux, à cause de ces restrictions.

L’ensemble du secteur de l’imagerie médicale menacé

Elle rappelle que la radiologie Française, hôpitaux et cabinets de ville, est menacée, les cabinets de radiologie étant désormais contraints de ne pas renouveler leur parc d’installations, ce qui engendre une de perte de chance pour les patients, notamment dans les zones soumises à la désertification médicale, particulièrement dans le cadre des campagnes de dépistage du cancer du sein. La FNMR appelle ainsi, une fois de plus, à arrêter le sabotage de l’imagerie médicale et engage les pouvoirs publics à tenir les promesses du Plan Cancer. C’est la condition indispensable pour garantir l’égalité des chances pour tous les patients.

Source : Accès à l’IRM: les délais s’allongent encore en 2017 !

Stratégie nationale de santé : la consultation du public ouverte du 6 au 25 novembre 2017

La consultation du public sur la stratégie nationale de santé sera ouverte du 6 au 25 novembre 2017 : c’est ce qu’indique un arrêté en date du 26 octobre 2017 publié au Journal officiel du 29 octobre 2017.

Pour ce faire, un questionnaire sera mis en ligne à l’adresse suivante : www.strategie.sante.gouv.fr.

Prévue dans le cadre de la loi santé de 2016, la Stratégie nationale de santé, qui vise à fixer de façon pluriannuelle « des domaines d’action prioritaires et des objectifs d’amélioration de la santé et de la protection sociale », comprendra 4 axes :
• la prévention et la promotion de la santé ;
• la lutte contre les inégalités sociales et territoriales d’accès aux soins ;
• l’amélioration de la pertinence et de la qualité des soins ;
• l’innovation.

Elle doit être finalisée d’ici à la fin de l’année, avec la publication d’un décret de mise en œuvre attendue fin décembre.

Source : Health&Tech – Stratégie nationale de santé : la consultation du public ouverte du 6 au 25 novembre 2017

Le PLFSS 2018 adopté en première lecture à l’Assemblée

Le PLFSS 2018 a été adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale le 31 octobre 2017, avec 354 voix pour, 192 contre et 3 abstentions.

Parmi les principales mesures concernant la e-santé ont été votés :
• le passage de la téléconsultation et de la télésurveillance dans le droit commun ;
• le maintien des expérimentations de télésurveillance pour une durée de 4 ans ;
• la possibilité d’expérimenter des organisations innovantes, avec un financement d’amorçage pour accompagner l’investissement dans des systèmes d’information communicants et pour l’exploitation des données, et de nouveaux modes de rémunération.

L’examen du texte reprendre le 8 novembre, à la Commission des affaires sociales du Sénat.

Source : Health&Tech : Le PLFSS 2018 adopté en première lecture à l’Assemblée

Le NHS England débloque 50,5 M€ pour aider les généralistes à s’équiper pour la téléconsultation

45 millions de livres (soit 50,5 millions d’euros) : telle est la somme que le NHS England vient de débloquer pour financer un programme visant à aider les généralistes britanniques à s’équiper pour proposer des téléconsultations, annonce le Dr Robert Varnam, directeur du département du développement des généralistes, le 1er novembre 2017 à l’occasion du salon EhiLive.

Lancé officiellement le 30 octobre 2017, le programme doit à terme contribuer à minimiser les conséquences sanitaires liées au problème d’une patientèle croissante et de la complexité des soins prodigués par les généralistes. Une façon d’y parvenir consiste à numériser davantage les soins primaires, selon le Dr Robert Varnam.

Ainsi, les généralistes peuvent candidater pour une subvention depuis le site du NHS England afin de faciliter la mise en ouevre des systèmes de téléconsultation fondés sur l’utilisation d’un site web ou une application pour smartphone. Le programme va s’étaler sur 3 ans.

Source : Le NHS England débloque 50,5 M€ pour aider les généralistes à s’équiper pour la téléconsultation

Un chirurgien découvre sa propre tumeur avec son iPhone

Un chirurgien, qui procédait à des tests (sur sa personne) avec un appareil à ultrasons portable fonctionnant avec un iPhone, a constaté la présence de masses qui se sont révélées être des cellules cancéreuses. Selon le MIT Technology Review, le smartphone a révélé des images noires et grises qui n’auraient jamais dû se trouver à cet endroit et qui ont nécessité des examens approfondis pour déterminer leur nature.

L’appareil, appelé Butterfly IQ, est le premier appareil à ultrasons et semi-conducteurs capable de générer des sons dans le corps et d’analyser les échos. Contrairement aux machines traditionnelles qui génèrent des ondes sonores via les vibrations d’un cristal, le prototype utilisé quelques 9 000 petits tambours intégrés sur une puce. Il va ensuite afficher les résultats obtenus directement sur l’iPhone.

Le fabricant, Butterfly Network, espère combiner l’instrument avec un logiciel d’IA pour faciliter le positionnement de la sonde, collecter les bonnes images et les interpréter. Selon lui, l’année prochaine, son logiciel permettra également de calculer d’autres constantes comme le débit cardiaque ou de détecter des problèmes tels que des anévrismes aortiques.

Le QI de Butterfly devrait être mis en vente l’année prochaine aux alentours de 2000$ (soit un prix beaucoup plus abordable que d’autres appareils). Cet appareil ne fait qu’illustrer les nouveaux usages qui pourraient être fait de l’iPhone et s’intègrent, en tout cas, parfaitement dans la politique de santé prônée par Apple.

Source : Un chirurgien découvre sa propre tumeur avec son iPhone

IA : Google dévoile les 4 premières start-ups santé à rejoindre son programme Launchpad Studio

Google a présenté le 1er novembre 2017 les quatre premières start-ups à rejoindre son programme d’accélération dans le machine learning et l’intelligence artificielle : toutes appliquent cette technologie au secteur de la santé, affiché comme prioritaire par Google.

L’objectif poursuivi par Google avec ce programme est d’accompagner la mise au point de projets en machine learning. Les start-ups participantes bénéficient notamment de formations gratuites au siège de Google, de mentorat, ainsi que d’accès à du matériel et à des jeux de données.

Source : healthandtech.eu

SimforHealth présente un module de formation collaborative en réalité virtuelle

Les Français de SimforHealth sont présents au World Electronics Forum 2017 d’Angers pour présenter leur solution de formation médicale en réalité virtuelle. Leur dernière innovation est la possibilité pour plusieurs intervenants de collaborer dans l’environnement virtuel afin de reproduire au mieux les conditions réelles du bloc opératoire. Focus sur cette équipe bordelaise qui compte s’imposer à la fois par sa technologie, sa plate-forme et son business model.

Source : SimforHealth présente un module de formation collaborative en réalité virtuelle

Le Dossier médical partagé va révolutionner l’usage des données de santé des patients – icanopée

    Le premier trimestre 2018 va voir se généraliser l’usage du DMP (dossier médical partagé) qui a aura été préalablement testé dans 9 départements. Son utilité est facile à démontrer.   Ce qui pose aujourd’hui problème aux professionnels de santé, ce n’est pas tant le partage des données que l’appropriation des informations qu’ils sont […]

Source : Le Dossier médical partagé va révolutionner l’usage des données de santé des patients – icanopée

Football américain : les facteurs favorisant les commotions cérébrales identifiés par IRM

Le poste occupé, sur le terrain, par un joueur de football américain ou la durée de sa carrière semblent influer sur le risque de commotion cérébrale auquel il est soumis. Ce phénomène a été observé par des chercheurs de Caroline du Nord (USA) dans une étude publiée dans la revue Radiology.

Source : Football américain : les facteurs favorisant les commotions cérébrales identifiés par IRM

Intelligence artificielle appliquée à la santé

Vers de nouvelles applications en imagerie médicale

Au cœur des évolutions technologiques, l’intelligence artificielle est devenue en quelques années un des enjeux scientifiques majeurs du secteur de la santé. Avec plus de 30 outils déjà disponibles et la perspective de nouvelles applications dans le domaine de l’imagerie médicale, Siemens Healthineers développe actuellement de nouvelles solutions à forte valeur ajoutée pour le radiologue et son patient, basées sur des technologies d’intelligence artificielle.

Une gestion plus rapide et plus intelligente des informations médicales

Depuis de nombreuses années, la plupart des informations médicales générées et exploitées par les établissements de santé et les cabinets médicaux sont stockées sous format numérique. La gestion des images cliniques, des observations, des valeurs de référence, des dossiers médicaux et des comptes rendus opératoires est quant à elle segmentée et opaque. Toutefois, la tendance actuelle vise à regrouper ces informations au sein d’un framework1uniforme, pour en faciliter le traitement.

L’intégration des données médicales au sein d’un framework unique permet une gestion plus rapide et plus intelligente des informations médicales. Conçu sur le principe de l’intelligence artificielle, chaque framework est en mesure de s’affiner et de s’enrichir des nouvelles données qui lui sont suggérées, jusqu’à créer de nouveaux algorithmes capables de segmenter, reconnaître et caractériser les formes présentes sur les images cliniques parmi les données analysées.

Des outils d’aide au diagnostic et à la prise de décisions

Associés dans le cadre d’un partenariat scientifique, Siemens Healthineers et  Fraunhofer MEVIS (Institute for Medical Image Computing) s’attachent à développer de nouveaux dispositifs d’aide au diagnostic et à la prise de décisions thérapeutiques adaptées et personnalisées. Les deux partenaires développent de manière conjointe des outils de Business Intelligence2 basés sur le principe du deep learning3.

A court terme, l’objectif est de simplifier les diagnostics et les prises de décision thérapeutique à l’aide d’un processus d’intégration de données avancées, de bases de données exhaustives et d’une reconnaissance automatique de formes et de tendances au sein des données d’imagerie. Grâce aux outils d’intelligence artificielle, le médecin radiologue peut ainsi concentrer son activité sur des tâches à forte valeur ajoutée, où son expérience et son regard critique sont utiles, pour donner un sens aux images.

Les pathologies tumorales, au cœur des développements de Siemens Healthineers

Les pathologies tumorales sont au cœur des travaux de développement de Siemens Healthineers, comme le cancer du poumon, pour lequel les médecins radiologues doivent décider de la nécessité de réaliser une biopsie, intervention connue pour être source de stress pour nombre de patients.

Grâce à ces nouveaux outils, les professionnels de santé ne devraient plus avoir à réunir manuellement les informations de sources différentes comme les examens d’imagerie par résonance magnétique et radiographiques, les analyses des tissus, les facteurs génétiques, les antécédents médicaux du patient, etc. Ces dispositifs devraient notamment permettre aux praticiens de gagner en rapidité, efficacité et pertinence clinique.

Aujourd’hui, Siemens Healthineers constitue un partenaire légitime en matière d’intelligence artificielle. Avec plus de 475 brevets déposés dans le domaine du machine learning4 et du deep learning, Siemens Healthineers dispose d’une réelle expérience et s’emploie à développer de nouveaux outils d’intelligence artificielle pour soutenir les médecins radiologues et les professionnels de santé dans la réalisation de leurs objectifs : améliorer les soins tout en réduisant les coûts.

Source : Intelligence artificielle appliquée à la santé

MERCI…

Nous remercions nos PARTENAIRES et CLIENTS pour leur confiance depuis 7 ans. Ils nous ont permis une croissance de plus de 40% encore cette année.

Cela renforce nos convictions dans notre projet et notre stratégie d’INDEPENDANCE pour conserver la qualité de notre ACCOMPAGNEMENT SPECIALISE des professionnels de santé.

Nous continuons à nous structurer pour toujours plus d’EXPERTISE et de PROXIMITE au service d’un secteur en mutation.

#verso

Source : VERSO FINANCE – Accompagnement durable des professionnels de santé

Pascal JUNG – Head of Marketing and Communication

Pour accompagner Verso Finance dans son développement National et International,

Pascal JUNG nous rejoint, fort d’un parcours professionnel riche.

Ses qualités de communiquant et sa connaissance des outils actuels font de lui un pilier dans notre volonté de consolider la croissance de l’entreprise.

A ce poste stratégique nous avons aussi choisi un homme qui partage nos valeurs : Détermination, Engagement, Réussite partagée et enthousiasme.

 

#recrutement #pascaljung #versofinance

Soirée Verso – JFR 2017

L’espace d’une soirée, pour les JFR, la rue Montrosier est devenue la Rue Verso.

Chaque année nous sommes plus nombreux à partager ces instants, et nous en sommes fiers.

Cette forte participation nous oblige à toujours plus de professionnalisme pour accompagner le développement de notre marché, et renforce notre enthousiasme pour continuer à défendre nos valeurs de partage.

#convivialite #versohealthcare #jfr2017

VERSO HEALTHCARE – CHOISISSEZ LA LIBERTÉ

VERSO HEALTHCARE est une division du Groupe VERSO FINANCE qui porte une offre de services dédiée aux professionnels de santé.

VERSO HEALTHCARE est spécialisée dans la gestion opérationnelle d’actifs et a pour cela développé une gamme complète de solutions sur mesure.

VERSO HEALTHCARE vous propose des solutions qui permettent de maîtriser et d’anticiper les évolutions auxquelles vous êtes amené à faire face :

– Évolutions technologiques
– Obsolescence programmée
– Explosion des coûts cachés
– Modifications règlementaires
– Pertes d’exploitation
– Changements organisationnels et structurels

VERSO HEALTHCARE s’appuie sur une équipe d’experts présents partout en France et au Benelux afin de permettre la mise en œuvre de vos projets.

Nos domaines de compétences :

– Audit et conseil
– Valorisation d’actifs
– Gestion des risques
– Optimisation fiscale
– Ingénierie financière

Choisir l’offre VERSO HEALTHCARE c’est choisir la liberté d’opérer à sa guise les évolutions et les modifications liées à l’exploitation de votre activité, grâce à une offre unique de Gestion Globale et Opérationnelle orientée RENTABILITÉ.