Des chirurgies de la colonne plus précises

Les patients qui subissent des chirurgies spinales (dans la colonne vertébrale) bénéficient depuis le début de l’année de chrirugies plus précises que jamais grâce à l’arrivée de nouveaux outils que les chirurgiens orthopédiques et les neurochirurgiens du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke peuvent utiliser.

« Ces nouveaux outils font une très grande différence dans notre pratique et ça n’apporte que des bienfaits à nos patients », soutient le neurochirurgien Jocelyn Blanchard.

Lire aussi: Le CRCCHUS veut doubler sa recherche précoce

Ces nouveaux outils sont une « table Jackson » et un « O’Arm ». D’une valeur de 1,5 M$, ces appareils ont été acquis par la Fondation du CHUS grâce au travail acharné de quatre bénévoles dévoués et passionnés (voir autre texte).
Mais qu’est-ce qu’une table Jackson et un O’Arm? La table Jackson est une table opératoire en carbone qui permet de laisser passer les rayons X. Moins large que les tables opératoires habituelles, elle est beaucoup plus ergonomique pour les chirurgiens qui peuvent passer de quatre à douze heures debout au bloc. Comme la table bascule à 360 degrés, l’équipe médicale n’a pas à effectuer de manipulations pour déplacer le patient pour avoir accès à sa colonne ou à ses vertèbres puisque la plupart des chirurgies spinales se pratiquent alors que le patient est couché sur le ventre. « Ça fait une grande différence quand la colonne vertébrale de notre patient est fragilisée », soutient le Dr Blanchard, neurochirurgien spécialisé en chirurgies spinales au CHUS.
Quant au O’Arm, il s’agit d’un appareil de tomodensitométrie, l’une des meilleures techniques d’imagerie médicale. L’appareil utilise une source de rayons X similaire aux radiographies ordinaires, mais qui tourne autour du patient. Les informations obtenues sont traitées par un ordinateur puissant qui permet de produire des images très précises en temps réel pendant la chirurgie du patient.
« Avec ces images, nous pouvons avoir une plus grande précision l’endroit où poser nos vis par exemple », ajoute le Dr Blanchard.

Plus facile pour les chirurgiens et les patients.


« Quand on est chirurgien, les opérations de la colonne sont stressantes »
Dr Gaétan Langlois

Le Dr Gaétan Langlois, chirurgien orthopédique et chef du département de la chirurgie en 2015, tenait tellement à ce que le CHUS puisse acquérir ces outils avant sa retraite. Il y est presque arrivé. En effet, s’il a quitté le travail un peu avant le grand jour, il s’est quand même rendu dans une salle d’opération pour voir l’un de ses anciens collègues travailler avec les merveilles offertes par cette table et cet appareil d’imagerie dernier cri.
« J’ai fait de la chirurgie de la colonne pendant 40 ans. Quand on est chirurgien, les opérations de la colonne sont stressantes. Les patients aussi sont stressés. Si j’avais eu à me faire opérer dans la colonne il y a quatre ou cinq ans, j’aurais été stressé, car sans ces nouveaux appareils, on ne peut pas savoir si nos vis ou nos implants sont bien positionnés, s’ils sont trop gros ou trop longs par exemple. Aujourd’hui, si j’avais à me faire opérer, je serais vraiment rassuré de savoir que mes chirurgiens travaillent avec la table Jackson et le O’Arm », explique le médecin.
« Quand on est chirurgien, on travaille à l’aveuglette, c’est au feeling qu’on y va. De temps en temps, on sent qu’une de nos vis est allée trop loin et on a des palpitations. Rapidement, le chirurgien devient épuisé. Les opérations sont longues. On a l’air de menuisiers, car une grosse partie de notre travail en chirurgie de la colonne est de la stabiliser et de la solidifier. On faisait ce travail-là avec des outils de base, un tournevis et une drill. Aujourd’hui, il y a des capteurs sur chacun des instruments et ça nous indique où sont nos instruments. Vraiment, c’est extraordinaire! » clame le chirurgien orthopédique.

Le Dr Gaétan Langlois, orthopédiste retraité, se réjouit que le «groupe des quatre», dont fait partie Yolande Houle, bénévole de la Fondation du CHUS, se soit mobilisé pour financer l’achat de la table Jackson du O’Arm, que plusieurs chirurgiens utilisent maintenant, notamment le Dr Jocelyn Blanchard, neurochirurgien au CHUS.

Verso Healthcare accompagne les professionnels de la santé dans le financement des équipements médicaux et l’optimisation de la gestion du plateau technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *