Imagerie, télémédecine, dossier partagé Cartographie de la e-santé francilienne

Bras armé depuis dix ans de l’agence régionale de santé (ARS) Île-de-France sur les projets en e-santé, le groupement de coopération sanitaire (GCS) Sesan (pour services numériques de santé) a présenté un bilan de son action.

80 salariés, 188 établissements ou groupements de professionnels de santé adhérents, 51 projets dans le domaine de la santé numérique.

Le GCS-Sesan assure la maîtrise d’ouvrage des projets de e-santé pour l’agence régionale de santé Île-de-France. Pourtant, cette organisation reste méconnue de la majorité des soignants.

C’est sans doute ce déficit de notoriété qui l’a poussé à célébrer son dixième anniversaire à grand renfort de communication, le 29 mars dernier.

« Notre mission centrale, c’est d’apporter des solutions et des services qui améliorent la santé des Franciliens », explique Pierre Boiron, directeur de Sesan. Exemple avec les services régionaux partagés en imagerie médicale (S-PRIM) : 40 hôpitaux et cabinets de radiologie y ont stocké, archivé ou partagé un million d’examens d’imagerie en 2017. L’objectif est de doubler ce chiffre en 2018. « Grâce à ce service, les patients ont un avis d’expert immédiatement, ce qui permet de les prendre en charge plus rapidement », estime le Dr François Dolveck, conseiller médical du GCS et directeur des urgences de l’hôpital de Melun.

Autre réalisation : l’outil régional de télémédecine d’Île-de-France (Ortif) dédié à la téléconsultation, la télé-expertise ou la télésurveillance, notamment en neurologie, en ophtalmologie, en oncologie, et en dermatologie. 6 000 soignants dans 320 établissements de la région utilisent Ortif pour 60 000 patients pris en charge.

Services à gogo

Le GCS-Sesan mène également des projets de recensement des acteurs de santé (répertoire opérationnel des ressources, ou ROR, qui liste 99 % de l’offre sanitaire francilienne), d’identitovigilance (serveur de rapprochement des identités) ou d’amélioration du parcours de soins. Ainsi, depuis 2012, 80% des séjours hospitaliers impliquant une prise en charge à domicile (HAD) ou dans une unité de soins de suite et de réadaptation se font par l’application ViaTrajectoire, plateforme qui aide les établissements et les médecins généralistes et spécialistes à mieux orienter les patients dans les diverses structures sanitaires et médico-sociales.

Terr-eSanté est le dernier projet phare du GCS. Cette plateforme multi-usage permet aux professionnels de partager entre eux les informations sur le patient : dossier médical, résultats d’examens, prescriptions, gestion de rendez-vous, etc. Expérimenté par 200 professionnels de santé (et concernant 900 patients) depuis fin 2015, l’outil doit être prochainement étendu à l’ensemble de la région.

Source : Imagerie, télémédecine, dossier partagé Cartographie de la e-santé francilienne

Verso Healthcare accompagne les professionnels de la santé dans le financement des équipements médicaux et l’optimisation de la gestion du plateau technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *