Recherche médicale : Vers un modèle Français d’innovation ouverte

Terre d’excellence mondiale dans la médecine et la santé, la France a su développer un modèle original de recherche par l’innovation ouverte, sous l’influence conjuguée des grands organismes publics et de la R&D des industries de santé. Cette culture de la coopération en recherche médicale doit rester suffisamment agile et attractive pour que les entreprises du médicament s’en emparent davantage.
Les mutations du monde de la recherche médicale ne sont pas étrangères à la singularité du modèle d’innovation ouverte en France. La naissance en 2009 de l’Alliance Aviesan, fédérant les grands acteurs en sciences de la vie et de la santé (INSERM, CNRS, INRIA, universités, CHU…), poursuivait comme objectif d’accroître les performances et la créativité de la recherche française en intensifiant le transfert de technologie avec la R&D de l’industrie pharmaceutique. Grands organismes de recherche médicale, industries de santé, médecins, associations de patients, startups, sont aujourd’hui tous parties-prenantes de l’excellence française de la recherche en médecine et en santé.

Le mythe de la partition du monde scientifique entre la recherche fondamentale « publique » et la R&D finalisée « privée », l’une échappant à la logique du profit et l’autre en étant totalement prisonnière, a vécu. Grands organismes de recherche médicale, industries de santé, médecins, associations de patients, startups, sont aujourd’hui tous parties-prenantes de l’excellence française de la recherche scientifique et technologique en médecine et en santé.

Entre la recherche publique qui voit l’innovation technologique comme un prolongement naturel et la R&D privée qui coopère avec le monde académique pour résoudre les complexités de développement, les synergies forment un continuum. Les pôles de compétitivité sont devenus le lieu privilégié de coopération entre les forces de recherche scientifique, d’innovation technologique et d’incubation de startups. Signe des temps, le CNRS s’ouvre davantage aux coopérations avec la R&D privée au point d’accueillir comme nouveau PDG celui qui dirigeait jusqu’à présent l’INRIA, le « MIT français », dont le modèle est à la pointe de la combinaison entre l’excellence scientifique, l’innovation ouverte et le transfert technologique.

Un écosystème ouvert de partenaires d’innovation

La recherche médicale a toujours été en avance sur ce modèle d’open innovation qui tend à triompher dans le monde scientifique en France. L’INSERM s’est très tôt doté d’une filiale technologique, INSERM Transfert puis d’un fonds d’amorçage, INSERM Transfert Initiative. Pôle de compétitivité d’excellence mondiale, Médicen a fédéré les acteurs de la R&D médicale et industrielle par son espace d’innovation ouverte facilitant des coopérations croisées. Aviesan et l’ARIIS, regroupant les forces de R&D des industries de santé, se considèrent d’ailleurs comme des « alliances soeurs ».

Une molécule sur deux mise sur le marché est désormais le fruit d’une recherche partenariale entre ces deux mondes qui n’en font qu’un. C’est la voie par laquelle l’innovation thérapeutique peut être accélérée pour couvrir des besoins médicaux importants voire non-couverts au service des patients. Participer à cette modernisation, c’est développer des projets de recherche clinique avec des grands organismes publics membres d’Aviesan, c’est investir dans des fonds pour l’innovation en santé et c’est collaborer avec des startups de biotechs. Ce modèle de recherche fondé sur les principes d’excellence, d’innovation et de transfert de technologie est la vocation naturelle des industries du médicament.

On ne peut pas apprécier la performance de la R&D privée dans le domaine de la santé avec les critères qui prévalaient pour les grands organismes de recherche publique il y a quarante ans. L’existence d’un écosystème ouvert d’innovation en santé est aussi essentielle à la réussite d’un développement de nouvelles molécules et de nouveaux médicaments que la mobilisation de centaines de chercheurs dans un laboratoire. La recherche médicale ouverte réunit le meilleur des deux mondes entre la recherche fondamentale et la R&D industrielle.

La R&D médicale et l’innovation en santé ont besoin d’accès au marché

Les révolutions thérapeutiques à venir sont conditionnées par la facilité d’accès au marché pour les médicaments les plus innovants. La détermination des entreprises du médicament à investir sa R&D dans un écosystème d’innovation ouverte d’excellence comme celui de la France dépendra néanmoins de l’amélioration des conditions d’accès pour les industriels de la santé.

À ce titre, il est impératif que la prochaine convention de filière entre l’État et le conseil stratégique des industries de santé (CSIS), prévue pour juillet 2018, fasse bouger les lignes en matière de soutien à la recherche médicale partenariale publique-privée. Créé en octobre 2017 pour financer les innovations dans l’organisation des soins, mais déjà pénalisé par sa complexité administrative, le fonds pour l’innovation sur le système de santé (FISS) pourrait prendre une nouvelle impulsion en changeant d’envergure : devenir aussi l’agence de financement de la recherche clinique réalisée en partenariat public-privé et encourager ainsi l’innovation ouverte dans les découvertes médicales.

 

Source : Recherche médicale : vers un modèle français d’innovation ouverte

Verso Healthcare accompagne les professionnels de santé vers un modèle d’innovation ouverte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *