IRM et radiomique pour éviter les biopsies mammaires BI-RADS 4

Une technique d’IRM mammaire sans produit de contraste, combinée à de la radiomique, pourrait réduire le nombre de biopsies mammaires inutiles, selon une nouvelle étude allemande publiée en ligne dans la revue Radiology.

RSNA

L’IRM mammaire avec injection de produit de contraste au gadolinium est actuellement utilisée pour dépister les femmes à haut risque de cancer du sein et comme complément diagnostique de la mammographie.

La diffusion de kurtosis pour une vision microscopique du tissu mammaire

Des chercheurs allemands ont récemment étudié une approche alternative sans produit de contraste, dans certains cas, en utilisant la diffusion de kurtosis qui fournit une image du tissu mammaire à un niveau microstructural dans l’IRM de diffusion (IRMd). Elle fait l’objet d’une étude publiée en ligne dans la revue Radiology. « L’imagerie par diffusion de kurtosis a été introduite dans l’IRMd pour fournir des informations importantes sur les structures tissulaires à un niveau microscopique, a déclaré l’auteur principal de l’étude le Dr Sebastian Bickelhaupt, du Centre allemand de recherche sur le cancer à Heidelberg en Allemagne. Puisque les lésions malignes perturbent les structures tissulaires à ce niveau, le kurtosis de diffusion pourrait servir de marqueur pertinent des changements tissulaires mammaires. »

Éviter les biopsies mammaires pour les lésions BI-RADS 4

Le Dr Bickelhaupt et ses collègues ont évalué une analyse rétrospective des données recueillies auprès de 222 femmes dans deux sites d’étude indépendants. Les femmes ont fait l’objet de résultats suspects sur la mammographie, classés dans le système BI-RADS en tant que lésions mammaires BI-RADS 4 et 5. Une lésion BI-RADS 4 est considérée comme une anomalie suspecte, tandis qu’une 5 est considérée comme hautement suspecte de malignité. Les femmes ont subi une IRMd suivie d’une biopsie. Pour l’analyse, un algorithme logiciel a été développé pour la caractérisation des lésions, et les données d’imagerie ont été extraites en utilisant un modèle radiomique à base de kurtosis.

Une analyse radiomique d’une sensibilité équivalente à la biopsie

Dans un ensemble d’examens de mammographie incluant 127 femmes, l’analyse radiomique a réduit les résultats de faux positifs de 70%, tout en détectant 60 des 61 lésions malignes, soit 98%. « Le modèle pourrait aider à réduire le nombre de lésions BI-RADS 4 suspectées d’être cancéreuses, sur la base d’une mammographie de dépistage, tout en conservant une sensibilité élevée similaire à la sensibilité apportée par les biopsies elles-mêmes », a ajouté le Dr Paul Jaeger, co-auteur de l’étude. Si les résultats sont vérifiés dans des essais de plus grande envergure, le modèle présente des avantages potentiels pour la clinique au-delà de sa capacité à réduire les biopsies inutiles chez les femmes présentant des lésions BI-RADS 4. L’algorithme du logiciel rend l’évaluation indépendante de l’œil du lecteur, dans la mesure où sa précision est constante selon les différentes installations d’imagerie.

La nouvelle approche ne vise pas à remplacer les protocoles actuels d’IRM mammaire de contraste, conclut le Dr Bickelhaupt, mais à élargir le spectre des options disponibles pour répondre à des questions cliniques précises. « Cela pourrait également améliorer l’efficacité des comptes rendus », a-t-il conclu.

Bruno Benque avec RSNA

Source : IRM et radiomique pour éviter les biopsies mammaires BI-RADS 4

Verso accompagne les chercheurs en imagerie pour réduire des biopsies mammaires inutiles.

CatégoriesIRM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *