La French Health Tech pourrait améliorer le quotidien de 11 millions de patients en France et créer 130 000 emplois

Thérapies innovantes, médecine personnalisée, amélioration de la qualité de vie et optimisation du pilotage du système de santé… les innovations de rupture portées par les start-ups de la Health Tech promettent une véritable révolution. Dans ce contexte, quels sont les atouts et les opportunités pour la French Health Tech ? Pour mieux comprendre ces enjeux, France Biotech présente aujourd’hui une étude prospective réalisée par le BCG et intitulée « La French Health Tech : faire de la France un leader mondial de la santé ».

L’écosystème français compte plus de 600 entreprises, dont de nombreuses basées sur des innovations de rupture. D’ici 2030, le secteur de la Health Tech en France pourrait créer 130 000 emplois en France et les entreprises qui existent d’ores-et-déjà pourraient apporter des solutions à 11 millions de patients français, 250 millions dans le monde. Ce secteur pèserait alors plus de 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Si la France bénéficie de réels atouts pour devenir leader dans ce domaine, de nombreuses contraintes administratives et financières freinent encore l’essor du secteur. L’étude du BCG pour France Biotech met en avant 15 propositions concrètes pour que la France devienne un leader mondial de la Health Tech.

Paris, le 14 novembre 2017 – France Biotech, l’association des entrepreneurs de l’innovation santé dévoile une étude réalisée par le Boston Consulting Group « La French Health Tech : faire de la France un leader mondial de la santé ».

« La connaissance de l’environnement, du potentiel et des enjeux associés aux biotechs et aux medtechs (dispositifs médicaux) est au cœur de notre mission. France Biotech a pour ambition de favoriser l’innovation et la croissance dans le domaine des technologies innovantes de la santé (biotechs,medtechs et e-santé) en France. Cette étude prospective, réalisée par le Boston Consulting Group, permet d’éclairer l’opinion publique et les décideurs sur les évolutions possibles de notre filière », souligne Maryvonne Hiance, Présidente de France Biotech.

La Health Tech : une révolution majeure pour la prochaine décennie

À la croisée de la Digital Tech, de la Biotech et de la Medtech, la Health Tech se nourrit de multiples innovations en cours dans ces domaines pour répondre aux grands enjeux mondiaux de santé publique : traiter des maladies incurables, mieux vivre avec les maladies, améliorer l’ensemble des parcours de soin, donner de nouveaux moyens à la prévention ou encore piloter la qualité et les coûts du système de santé. D’ici 2030, on estime notamment plus de 200 millions de nouveaux cas de cancers. En 2016, dans le monde, un tiers des start-ups utilisant des technologies dites de rupture(nanotechnologies, intelligence artificielle, big data etc.) concerne la santé des personnes ; elles constituent la Health Tech.

La Health Tech : un environnement spécifique à construire

Ces start-ups issues de la Health Tech rencontrent des défis spécifiques et pour certains distincts de ceux rencontrés par les start-ups digitales : des besoins en capital importants liés à un temps de développement très long et associés à de lourds enjeux techniques et industriels, des questions spécifiques de transfert de technologie entre le public et le privé et des besoins d’expertise plus importants que pour le digital. La Health Tech est également encadrée par l’imposante mais légitime règlementation qui encadre le secteur.

Des opportunités à saisir pour la « French Health Tech »

Face à une compétition mondiale grandissante, seule une politique volontariste permettra à la France de se transformer en l’un des hubs mondiaux de la Health Tech et ainsi bénéficier de ses avancées médicales et des impacts économiques et sociaux. Plus précisément, si la France réussissait à impulser une dynamique similaire à celle de Boston et l’état du Massachusetts, principal hub mondial des biotechs/medtechs, l’essor de la French Health Tech pourrait d’ici 2030 :

  • Apporter de nouvelles réponses thérapeutiques et améliorer le quotidien de près de 250 millions de patients dans le monde dont 11 millions en France tout en contribuant à l’amélioration du système de santé à l’échelle nationale et en se basant sur les seules start-ups françaises déjà crées en 2017.
  • Tirer la croissance et l’emploi français. D’après cette étude, l’essor de la French Health Tech pourrait créer 130 000 emplois en France et générer 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Une politique volontariste pour favoriser l’essor de la Heath Tech participerait également à renforcer l’image d’une France moderne, tournée vers l’économie de la connaissance, mais aussi attentive aux sujets éthiques complexes liés à l’avancée de la science et de la technologie.

La France, des atouts lui permettant de prétendre devenir un hub mondial

Dans cette course à l’excellence scientifique, la France possède de solides atouts :

  • Une expertise dans les sciences de la vie mondialement reconnue (62 Prix Nobel, 11 médaillés Fields), des instituts et des laboratoires de recherche de pointe et des établissements d’enseignement supérieur de haut niveau.
  • Les différents dispositifs de financement public (BPI France, Crédit d’Impôt Recherche, Jeune Entreprise Innovante, Programme d’Investissements d’Avenir), font de la France le deuxième pays au monde, derrière le Canada où les dépenses privées de R&D des entreprises sont les plus soutenues par des financements publics / incitations fiscales.
  • Une place financière de premier plan : Paris Euronext est la première source de financement pour les entreprises européennes des sciences de la vie lors de leurs IPOs, devant le Nasdaq.
  • Un système de soin de haute qualité. La France est 6ème, devant l’Allemagne et les Etats-Unis, dans le classement de l’indice HAQ (Healthcare Access and Quality) qui mesure la qualité des soins et le système hospitalo-universitaire est très ouvert à l’innovation et à la recherche
  • Une forte empreinte entrepreneuriale. Cela s’illustre par un ratio nombre de start-ups dans la Biotech/Medtech / millions d’habitants très satisfaisant (18) supérieur aux Etats-Unis (13) mais derrière l’Allemagne (26).

« Malgré ces forces, la « French Health Tech » a du mal à faire face à la puissance capitalistique américaine et rencontre des difficultés à faire émerger des leaders internationaux. En France, seules deux entreprises sont valorisées à plus de 1 milliard d’euros là où les Etats-Unis en comptent 70 », préciseElsy Boglioli, Directrice Associée au BCG et co-auteure de l’étude.

Des freins administratifs et financiers à lever

Cette étude identifie plusieurs freins qui limitent l’essor du secteur, notamment le financement. « L’écosystème financier français est principalement tourné pour soutenir les initiatives entrepreneuriales, facilitant la création de nombreuses sociétés mais pas forcément leur croissance. Ce manque de capitaux incite de nombreuses start-ups à entrer en bourse à un stade de développement peu adapté, ce qui les pénalise. Notre vrai défi collectif aujourd’hui, c’est d’aider à ce que quelques start-ups deviennent vite des Licornes françaises de la Health Tech » indique Agnès Audier, Directrice Associée au BCG et également co-auteure de l’étude. Le montant moyen levé par IPO est de 35 millions d’euros contre 90 millions de dollars aux Etats-Unis.

D’autre part, si la France réunit l’expertise scientifique requise pour créer des start-ups de pointe, elle souffre d’une pénurie de talents sur des thématiques transverses (santé/finance/droit/business développement). De plus, le transfert de technologie entre organismes de recherche publics et entreprises reste encore difficile, compte tenu des délais de traitement et des conditions peu adaptées aux start-ups. Enfin, 68% des essais cliniques des Health Tech françaises sont réalisés à l’étranger. Les délais entre la mise sur le marché et le remboursement sont 4 fois plus élevés en France en comparaison avec l’Allemagne.

Pour enclencher un cercle vertueux, il est nécessaire d’accepter un changement de paradigme en levant les freins mentionnés préalablement. L’étude propose 15 mesures phares pour développer la Heath Tech autour des problématiques suivantes :

  • Financement : faciliter la mobilisation d’investisseurs favorisant le développement (tickets de 5 à 100 M€)
  • Expertise : développer l’expertise « Health Tech » à tous les niveaux de l’écosystème
  • Collaboration public/privé : adapter le système sur la base des meilleures pratiques internationales pour concilier développement des start-ups et protection de la propriété intellectuelle des structures publiques
  • Réglementation dans le domaine sanitaire : revisiter les processus pour s’aligner sur les meilleures pratiques internationales et concilier protection des personnes/malades, innovation en santé et gestion des liens d’intérêt

« Je suis convaincue qu’en prenant à bras le corps les difficultés rencontrées aujourd’hui et en s’inspirant des meilleures pratiques internationales, nous pouvons développer un secteur d’activité exceptionnellement important qui contribue à sauver des millions de vies, améliore le quotidien des malades et rend plus performant les systèmes de santé. Pour cela, il faut agir maintenant, nous, acteurs privés (aide à la professionnalisation des entrepreneurs dans leur conquête des investisseurs internationaux, incitation des grands industriels à investir dans le développement des Health Tech) mais aussi côtéautorités publiques (réorganisation des SATT, simplification administrative des essais cliniques…). Cette nécessité est d’autant plus vraie que la puissance de la compétition internationale ne nous laisse plus le temps d’agir », précise Maryvonne Hiance, Présidente de France Biotech.

 

À propos de France Biotech

Créée en 1997, France Biotech est l’association française qui regroupe les principales entreprises innovantes de la santé et leurs partenaires experts. France Biotech a pour mission première d’accompagner le développement de cette industrie en France en améliorant l’environnement fiscal, juridique, réglementaire et managérial de ces entreprises afin qu’elle soit reconnue comme industrie de pointe prioritaire. France Biotech a également la vocation de contribuer à hisser l’industrie française des technologies innovantes de la santé au rang de leader mondial. A l’origine du statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI), mis en place lors de la Loi de Finances de 2004, France Biotech milite pour que le secteur innovant de la santé représente une industrie performante a?? part entière. France Biotech est présidée par Maryvonne Hiance et compte plus de 160 membres. www.france-biotech.org

À propos du Boston Consulting Group (BCG)

Le BCG est un cabinet international de conseil en management et le leader mondial du conseil en stratégie d’entreprise. Nous travaillons avec des clients de tous les secteurs partout dans le monde pour identifier ensemble les meilleures opportunités, les aider à affronter leurs défis et faire évoluer leurs activités. A travers une approche personnalisée, nous leur apportons notre vision de la dynamique des entreprises et des marchés ainsi que notre expertise à chaque niveau de leur organisation. Nous leur garantissons ainsi un avantage concurrentiel durable, des organisations plus performantes et des résultats pérennes. Fondé en 1963, le BCG est une entreprise privée présente dans 48 pays avec 85 bureaux. Plus d’informations sur www.bcg.fr

Source : La French Health Tech pourrait améliorer le quotidien de 11 millions de patients en France et créer 130 000 emplois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *